Skip to main content Link Search Menu Expand Document (external link)

Crowdlending

Longtemps réservé aux projets artistiques, le principe du financement participatif (crowdlending) s’est étendu aux entreprises, qui peuvent s’en servir pour lever des fonds auprès de particuliers moyennant une rétribution (sous la forme de mensualités versées) ou une participation (sous la forme de titres attribués).

Différences entre prêts et participations

Les financements participatifs se divisent en deux catégories :

  1. Les prêts participatifs (crowdlending ou peer-to-peer landing) : des particuliers s’unissent pour vous accorder un prêt par le biais d’une plateforme de crowdlending et vous les remboursez sur une certaine période en payant des intérêts au passage.
  2. L’ouverture du capital aux particuliers (equity crowdfunding) : des particuliers prennent une petite participation (actions) dans votre entreprise en échange d’un petit financement, le tout étant géré par une plateforme spécialisée.

Critères d’éligibilité

Les plateformes de crowdlending conviennent aux entreprises qui :

  • viennent de se lancer ou sont déjà lancées depuis quelques années ;
  • font moins de 5 millions d’euros de chiffre d’affaires par an ;
  • sont à jour en matière de documents et d’indicateurs financiers.

Avantages

Les plateformes de crowdlending ont l’avantage d’être :

  • efficaces : dans le cas de prêts participatifs, les meilleures plateformes peuvent débloquer vos fonds en quelques jours seulement ;
  • accessibles : elles permettent de financer des entreprises ou des dépenses que les banques rechignent à financer et elles n’exigent pas de caution personnelle ;
  • régulées : en France, le financement participatif est encadré par la loi, vous bénéficiez donc d’un cadre légal établi ;
  • visibles : une campagne de crowdlending réussie peut déboucher sur d’autres financements plus traditionnels.

Inversement, il arrive que des entreprises innovantes profitent de la notoriété qu’elles ont acquise lors de leur première levée de fonds pour compléter leur tour de table par une campagne de crowdlending.

Inconvénients

Comme tous les financements, les financements participatifs présentent aussi des inconvénients. Ils peuvent s’avérer :

  • chers : attendez-vous à payer des intérêts plus élevés que dans une banque et d’éventuels frais d’utilisation pour accéder à la plateforme de votre choix ;
  • infructueux : votre campagne de financement participatif peut échouer, faute de contributeurs suffisants, et votre échec sera alors public ;
  • engageants : vous devrez donner des gages à vos investisseurs pour les convaincre de vous faire confiance, et vous devrez les informer tout au long de votre projet par la suite ;
  • sélectifs : certaines plateformes de crowdlending peuvent se montrer aussi sélectives que les banques et vous demander beaucoup de documents avant de vous ouvrir leurs portes.

Caractéristiques du financement

Montant envisageable

Les montants auxquels vous pouvez prétendre dans le cadre d’une campagne de crowdlending dépendent du montage pour lequel vous optez.

D’après les chiffres du baromètre du crowdfunding en France, les entreprises lèvent en moyenne :

  • 175 000 € sous la forme de prêts contractés par des particuliers ;
  • 390 000 € sous la forme d’actions cédées à des particuliers.

Délais d’octroi

Le délai d’octroi dépend principalement de la durée de la campagne de collecte. Sans surprise, les campagnes de prêts participatifs sont plus vite bouclées que les campagnes d’ouvertures de capital. Voici les délais moyens constatés par la Fédération des financements participatifs en 2021 :

  • 2 jours pour des campagnes de prêts participatifs ;
  • 72 jours pour des campagnes de financement en capital.

À ces délais s’ajoutent les délais d’octroi propres à chaque plateforme, mais ceux-ci sont souvent négligeables par rapport à la durée de la campagne en elle-même.

Contreparties

Cas des prêts participatifs

Dans le cas d’un prêt participatif, la plateforme de crowdlending ne vous demandera sans doute pas de caution personnelle du dirigeant, contrairement à ce que les banques font couramment. Comme vous empruntez en dehors du cadre bancaire, vous n’aurez pas non plus besoin de souscrire à tel ou tel produit bancaire pour faire plaisir à votre banquier.

Les contreparties que vous devrez honorer se limiteront :

  • aux mensualités du crédit, que vous devrez rembourser sur une durée maximale de 7 ans ;
  • aux intérêts du crédit, que vous devrez payer chaque mois en plus du capital — comptez 3 à 7 % ;
  • aux frais de fonctionnement de la plateforme de crowdlending, qui se situent autour de 4 %.

Cas de l’ouverture de capital

Dans le cas d’une ouverture de capital aux particuliers, c’est vous qui fixez la part réservée aux particuliers. Les entreprises qui ont recours à ce financement attirent généralement une petite centaine de particuliers, qui misent environ 4 000 € chacun. À vous de voir si vous souhaitez verser des dividendes à vos futurs actionnaires ou non. Et libre à vous de fixer les conditions de cession des actions que vous proposez aux investisseurs particuliers — la plateforme que vous choisirez pourra sans doute vous aider à bien ficeler votre dossier.

Documents de référence

Comme dans le cadre de la love money, jetez un œil aux règles et plafonds en vigueur avant de vous lancer dans un financement participatif.

Pour aller plus loin

Plateformes de crowdlending

Articles